Vendredi 10 Mars 2017

Dans l’œil du bièrologue : Les bières irlandaises

Bon mois de mars, avides lecteurs et lectrices!La fête de la Saint-Patrick arrive à grands pas, et gageons que plusieurs parmi vous iront consommer quelques bonnes bières pour l’occasion.  Toutefois, mis à part la très connue Guiness, connaissez-vous vos bières de style irlandais?Il y a tout d’abord les rousses d’inspiration irlandaise, les « Irish Red Ales ».  Ces bières qui peuvent aller d’une belle couleur ambrée foncée à un brun léger tirent leur nom des reflets rubis que l’on peut généralement observer.  Ce sera généralement une bière à l’amertume discrète (aux environs de 20-25 IBU), aux notes de malt rôti rappelant du caramel ou de la tireSte-Catherine.  Un bel exemple québécois de ce style est la Rubis Red de Trou du Diable, mais il est bon de noter qu’une majorité des bières dites « rousses » que l’on trouve sur les tablettes des détaillants québécois sont des interprétations de ce style.Ensuite, on retrouve la classique Irish Stout, aussi appelée Dry Stout, les bières du style de la Guiness.  Originalement appelé « Stout Porter » (i.e. porter costaud), ce style a vu le jour lorsque les avancées en matière de torréfaction du malt ont permis de rôtir de façon plus précise, ce qui permettait d’avoir un malt beaucoup plus torréfié sans être carrément brûlé.  On appelle le style« dry » par opposition au stout au lactose, qui est plus sucré, ou au stout à l’avoine, qui aura une texture plus huileuse/crémeuse. Pensez à un gruau dont on aurait retiré les flocons...  Donc, on retrouvera dans la bière de ce style une robe d’un noir opaque, une amertume perceptible sans être omniprésente (souvent dans le coin de 35-40 IBU), des notes de torréfaction bien présentes, et parfois, comme c’est le cas pour la Guiness, un soupçon d’acidité qui vient d’un faible pourcentage de bière sûre.Alors maintenant que vous en savez davantage (du moins, j’espère vous en avoir appris un peu),prenez conscience de l’histoire des bières irlandaises dans chaque gorgée que vous boirez, et que le respect accru du nectar que vous consommerez vous encourage à le faire avec modération!

Sláinte!


Pascal, bièrologue au Balthazar